Edouard portalis, correspondance à

Correspondance:  lot de 36 lettres autographes signées adressées à Edouard Portalis (Vesoul 1845-1918), homme de presse, fondateur de plusieurs journaux dont La Vérité, Le Corsaire, le Petit Lyonnais et le XIXe siècle. Portalis est tour à tour de tendance démocrate républicaine, d'esprit communard ou proche du boulangisme. Ses journaux sont plusieurs fois censurés.

Les lettres, certaines d'hommes politiques (en-tête de la Chambre des Députés), traitent de sujets de presse, propositions d'articles et de la situation politique. Il y a également 3 lettres en anglais de confrères. Format in-12 et carte à in-8.Les lettres couvrent principalement la période 1880.

 Une intéressante plongée dans le monde de la presse des débuts de la IIIe République. Nous avons pu relever quelques noms : Henri Chabrillat, Arsène Houssaye, Henri Houssaye, ,Adrien Marx, Georges Laguerre, Albert Delprit, Jules Amigues, Camille Farcy, Louis Vignon...

QUELQUES EXEMPLES :

Henri CHABRILLAT (1841-1893), journaliste, auteur dramatique, librettiste et directeur de théâtre

Lettre autographe signée adressée à Edouard Portalis (1845-1918), journaliste, directeur de presse, notamment du XIXe siècle. 2 pages in-8. A son chiffre.

Recommandation du jeune auteur « Paul d’Ivoy » (en fait Paul d'Ivoi, de son vrai nom Paul Deleutre, 1856-1915 qui a publié avec Chabrillat).

« Je vous recommande chaudement un (...) ami et collaborateur M. Paul d’Ivoy, un jeune homme de lettres qui, d’ailleurs, se recommande assez par lui-même, son nom et son talent. »

« Il vient d’avoir un succès en feuilletons au Rappel, qui lui a commandé aussitôt un second roman. Mais il est jeune et travailleur, et il en a bien d’autres commencés et même finis. »

« Ma lettre n’a d’autres intention que de hâter votre décision. »

« En 1894, le premier volume de la série, Les Cinq Sous de Lavarède, écrit en collaboration avec Henri Chabrillat, lui valut la célébrité. »

 Arsène HOUSSAYE, pseudonyme d’Arsène Housset, né le 28 mars 1814 à Bruyères-et-Montbérault et mort le 26 février 1896 à Paris, homme de lettres. Il est également connu sous le pseudonyme d’Alfred Mousse.

1) Lettre autographe signée. 1 page in-8. Sans lieu, ni date.

« Cher oublieux,

Ci-joint un (ferment ? d’esprit et de coeur et de naissance et de beauté. »

(...)

« ...reporter à jupon fin comme l’ambre et qui n’a pas besoin d’écouter aux portes. »

 

2) Lettre autographe signée.

Entier postal adressée à Edouard Portalis (1845-1918), journaliste, directeur de presse, notamment du XIXe siècle.13 x 11 cm, marques postales illisibles.

Référence à un « dîner académique » avec une liste de présents.

« Hier à l’unanimité nous vous avons nommé au dîner académique des spartiates et parisiens d’Athènes »

Henry HOUSSAYE, né à Paris le 24 février 1848 et mort à Paris le 23 septembre 1911, historien, critique d'art, critique littéraire

1) Lettre autographe signée adressée à Edouard Portalis (1845-1918), journaliste, directeur de presse, notamment du XIXe siècle. 1 page et 1 ligne in-8. 2 août 1880.

A propos de l’ouvrage de Portalis paru en 1880 : Deux Républiques, Éditeur G. Charpentier.

« ...les Débats sont dans le journal où il est certainement le plus difficile de parler des Deux Républiques. Songez ! Les Débats qui sont parlementaires par état et par tradition et gmabettistes par force majeure. »

2) Carte autographe à son nom adressée à Edouard Portalis (1845-1918), journaliste, directeur de presse, notamment du XIXe siècle. Recto (5 x 8,2 cm).

A propos d’un événement qui touche à l’activité journalistique de Portalis (ce dernier eut des ennuis judiciaires à propos de ses publications.)

« Voilà qui comptera dans vos états de services comme une blessure au combat. C’est le tort des meilleurs. »

Adrien Marx (1837-1906), journaliste au Figaro

Lettre autographe signée adressée à Edouard Portalis (1845-1918), journaliste, directeur de presse, notamment du XIXe siècle.1 page et 2 lignes in-8. Sans lieu, ni date. Légère déchirure au pli bas.

Une bonne affaire ?

« Interdiction m’est signifiée à l’instant par Magnard (Francis Magnard 1837-1894, journaliste au Figaro) de faire le Salon en n’importe quelle feuille. »

« c’est peut-être vous qui faîtes la bonne affaire...  Moi je suis navré ! ».

Cela n’empêchera d’aller le voir.

Georges LAGUERRE (1858-1912), avocat, homme politique, boulangiste

2 lettres autographes signées adressées à Edouard Portalis (1845-1918), journaliste, directeur de presse, notamment du XIXe siècle. 1 page in-12. Bourges, 3 août 1883.

Un voyage... révisionniste ?

Il le remercie pour ses « pensées » qu’il a l’amabilité de lui envoyer « pour un voyage, comment dirai-je ?... révisionniste. »

Il le verra dès son retour pour lui « conter ce [qu’il] a fait et vu dans le Vaucluse. »

Dans la seconde lettre (format in-8), datée de 1910, il se propose d’aller chez lui.

Jules AMIGUES (1829-1883), homme politique, député de Cambrai, journaliste

Lettre autographe signée adressée à Edouard Portalis (1845-1918), journaliste, directeur de presse, notamment du XIXe siècle. 2 pages in-8. Paris, 11 mai 1882.

Améliorer l’expédition et la vente des publications.

Il lui recommande un certain M. Reichel qui fut « longtemps attaché à l’administration de [ses] journaux ». « Il désirerait vous soumettre une combinaison d’expédition et de vente qui peut vous offrir des avantages ».

Albert DELPRIT (1849-1893), romancier, auteur dramatique

Lettres autographe signée adressée à Edouard Portalis (1845-1918), journaliste, directeur de presse, notamment du XIXe siècle. 1 page in-12. A ses initiales estampées. Salissure dans la partie haute de la lettre.

Il doit voir Portalis : « J’aurais quelque chose d’assez important à vous dire au sujet de l’un de nos confrères ».

Louis Xavier EYMA (1816-1876), journaliste, écrivain, né en Martinique. Résida aux Etats-Unis.

Lettre autographe signée adressée à Edouard Portalis (1845-1918), journaliste, directeur de presse, notamment du XIXe siècle.

Problème d’argent...

Il a disposé de mille francs pour payer un créancier du journal. Or Portalis à deux effets, « dont l’un des deux nous vaut à vous et à moi du papier timbré..., ce dont je m’excuse de toutes mes forces auprès de vous. »

« Voilà pour le « procédé » que vous pouvez avoir à blâmer, mais que vous excuserez en l’appréciant mieux. »

Il promet de payer ce qu’il doit, mais « la situation embarrassée où me place le journal en ce moment ne me permet pas aujourd’hui de vous fixer l’époque de ce remboursement, mais je vais me délaisser de mon fardeau et une fois mes bras libres, je travaillerai à vous donner la plus ample satisfaction. »

Camille FARCY (1840-1883), journaliste, essayiste

Lettre autographe signée adressée à Edouard Portalis (1845-1918), journaliste, directeur de presse, notamment du XIXe siècle. 3 pages et demie. Paris, 27 août 1882.

Une nomination qui dérange.

A la suite de la nomination de Charles Lalou (1841-1918, journaliste et homme politique) comme directeur du journal La France, Camille Farcy est nommé rédacteur en chef, or un certain Rabou (en fait Charles Rabou 1803-1871, écrivain et journaliste) n’est pas d’accord.

Farcy demande à Portalis d’ « arranger cela au mieux ».

Louis VIGNON (chef de cabinet de Charles de Freycinet, président du Conseil), 1890.

Lettre autographe signée adressée à Edouard Portalis (1845-1918), journaliste, directeur de presse, notamment du XIXe siècle. 1 page in-12. Sans date. En-tête Présidence du Conseil.

Il le félicite au nom de Charles de Freycinet pour « le très bon et très juste article dans le XIXe siècle.

Epouse Henry de PÈNE (1830-1888), écrivain, journaliste Adèle de Mauret (1827-1901).

Lettre autographe signée adressée à Edouard Portalis (1845-1918), journaliste, directeur de presse, notamment du XIXe siècle. 1 page et une ligne in-8. 9 octobre 1888.

 

Belle lettre dans laquelle la veuve d’Henry de Pène demande à Portalis d’écrire un article sur la parution de « Demi-Crimes dernière œuvre de mon cher et si regretté mari, M. Henry de Pène. »

Prix : 250 euros