gaston chaissac : lettre AUTOGRAPHE SIGNÉE

Gaston CHAISSAC (1910-1964), peintre

 

Lettre autographe signée adressée à un professeur. 2 pages in-4. Sans lieu, ni

date.

 

Intéressante lettre dans laquelle il s’explique sur son besoin d’écrire et son dernier

projet : écrire sur les Juifs.

 

Il a demandé à son médecin de « sana » (sanatorium) ce qu’il pensait d’une « cure

morale ». Il lui a répondu que « ça pourrait peut-être faire quelque chose ». Depuis,

il se rend chez son correspondant ne faisant qu’obéir à son docteur mais se

pose la question de la « raison d’être » de venir chez lui. Il a demandé à son professeur

de pouvoir lui écrire : « Écrire est un besoin chez moi. La majorité préfère dire

sa pensée que de l’écrire. Dire sa pensée, c’est souvent prêcher dans le désert car

ceux à qui vous voulez la dire ne pensent pas à vous écouter. Leur unique souci c’est

de dire la leur. Tout le monde parle, personne n’écoute. Écrire sa pensée c’est plus

sûr, ça a des chances de parvenir à d’autres, c’est comme un prospectus qu’un

démarcheur laisse à un client récalcitrant. Et comme on apprend d’avantage en

écoutant les autres qu’en s’écoutant soi-même, il y a beaucoup d’ignorants ».

Il ajoute qu’il pense être dans le vrai en écrivant des choses « contradictoires »,

« dans l’ensemble ça tient debout (…) » et qu’il emploie « tout ce qui peut exister et

amener vers l’équilibre. Équilibrer ce qui ne l’est pas tel est mon souci ». Il se pose

la question où cela va le mener : « peut-être en prison, mais cela m’est tellement

égal ».

Son projet est d’écrire sur les Juifs : « Je les connais pour avoir habité parmi eux et

d’avoir habité parmi eux m’a fait du tort, on me prenait pour un d’eux ». Il les voit à

sa façon : « J’ai beaucoup étudié leur utilité, leur raison d’être. Je me demande si les

Allemands sont capables de se passer d’eux et si un jour, ils ne seront pas obligé de

les rappeler ». Il projette aussi d’écrire sur leur « sobriété » et « leur rôle comme

fréneur de la goinfrerie des goinfres ». Il se pose également la question de savoir si

la religion chrétienne pourrait leur convenir, mais il n’a pas pu étudier un assez

grand nombre de Juifs, affirme néanmoins : « le Juif a peu de besoin, ce n’est pas lui

qui ferait de son poids succomber l’humanité ». Son étude n’est pas encore au point

et « ce sera naturellement contradictoire ». Parce qu’il a besoin d’écrire, il envie

« les gens sans imagination, sans raisonnement et sans asthénie ».

Gaston Chaissac

1.000,00 €

  • disponible
  • 1 à 3 jours de délai de livraison