jean ajalbert

Jean AJALBERT (1863-1947), avocat, critique d’art, écrivain, alors administrateur de

la Manufacture nationale de Beauvais depuis 1917

 

Correspondance de 11 pièces : 8 lettres autographes signées (in-12) avec en-tête

de la Manufacture de Beauvais et 3 cartes autographes signées (H 14 x L 9 cm).

1924 (2), 1925 (9). 20 pages.

 

Les deux premières pièces sont indubitablement adressées au designer et peintre

Francis JOURDAIN (1876-1958), la lettre du 11 décembre 1924 qui lui est adressée

propose une date de rendez-vous le 19 janvier qu’il accepte dans la carte postale

du 17 décembre 1924. La suite de la correspondance a probablement le même destinataire.

 

11 décembre 1924 : « Je voudrais vous voir (depuis vingt ans) !) mais vous n’y avez

pas mis du vôtre, non plus. Ce travail urgent – un petit projet pour les arts décoratifs

(qui pourrait devenir un plus grand) mais il faudrait venir définir ici. Ce n’est pas

la saison – mais enfin c’est abordable. Il y a un train (…) »

 

13 décembre 1924 : « Convenu cher ami le 19 ».

 

4 janvier 1925 : « Je vous demande de voir d’urgence Cappiello [le peintre et affichiste

Leonetto Cappiello]. C’est urgent – intéressant – et peut devenir une affaire

(…) Sans attendre envoyez-moi un devis (…) J’ai envoyé une seule photo à Capiello –

Il vous la confiera ou je pourrais vous en faire tirer. J’attends votre réponse pour le

reste ».

 

Le début de cette correspondance semble évoquer la commande d’Ajalbert pour

une structure en bois devant accueillir la pièce de mobilier l’ « écran au perroquet

» de Leonetto Cappiello montré avec succès à l’Exposition des Arts décoratifs

en avril 1925. Ajalbert presse Jourdain.

 

5 février 1925 : « Je compte bien sur vous pour cette monture dont j’attendais le

devis pour les B. Arts. Je voudrai cela d’ici le 10 ». « Il faut la monture (…) pour

avril ».

 

10 février 1925 : « Ne vous préoccupez pas de la paperasserie et travaillez. Il faut

être prêt pour fin mars ».

 

L’Exposition des Arts décoratifs terminée, Ajalbert commande d’autres travaux à

partir de dessins d’élèves, semble-t-il.

 

10 mai 1925 : « J’ai deux travaux à vous confier s’ils vous agréent en attendant le

grand oeuvre ».

 

10 mai 1925 : « J’ai besoin de la facture des deux chaises (…) au plus tôt ».

 

14 mai 1925 : « J’attends votre devis, le plus léger possible comme toujours pour

nos minables finances. Mais naturellement s’il se présentait quelque client (…) vous

leur feriez un prix directement (…) Cela sera exposé toute l’année à Beauvais (…)

C’est une publicité sérieuse ».

 

28 août 1925 : « Voici le dessin que je reçois. Il dépasse mes prévisions pour les

moutures de travaux d’élèves. Je ne voudrais que le strict nécessaire. Pourtant cela

m’intéresse (…) et je pense vous aussi, car cela sera exposé, et peut amener des

suites. Alors faites les deux chaises (…) aux conditions marquées et laissons l’autre ?

Le plut tôt… »

Jean Ajalbert

400,00 €

  • disponible
  • 1 à 3 jours de délai de livraison