Jean Antoine Chaptal : 4 lettres autographe signées

Jean Antoine CHAPTAL (1756-1832), comte de Chanteloup, chimiste, agronome

 

4 lettres autographes signées adressées à Monsieur de Combettes, seigneur de Combettes.

Correspondance amicale avec son cousin. Chaptal relate la grossesse de sa femme, des affaires faisant intervenir Cambacérès, ses cours, une polémique

entourant le ministre et contrôleur général des finances de Louis XVI, Charles Alexandre de Calonne, cite Rene de La Salle, et une rencontre avec le duc d'Uzès

 

1) 25 juillet 1782. 1 page 3/4 in-4. Avec adresse d'envoi, trace de cachet d'ouverture.

 Dès que je fus de retour je me hâtais de demander a un de nos droguistes le prix des quelques drogues que nous étiez envieux de recevoir. Quant a votre nouvelle affaire, j’ai été parler à M. de Cambacedes (Jean-Jacques-Régis de Cambacérès, Cambacérès s'écrit aussi Cambacédès ou Cambassédès sous l'Ancien régime) qui m’a dit que vous étiez exempt du triple droit parce qu’il vient de paraitre un arrêt qui en exempte, il m’a dit de vous écrire, de vous présenter a M. Ayrial qui ne ferait aucun difficulté parce qu’il a envoyé la notification des directives et celui-ci doit l’avoir reçu, ainsi mon ami vous voila tranquille Il est content qu’il se porte bien.  Ma femme est dans son 8e mois de grossesse. Elle n’a aucune incommodité, jouit d’une sante excellente ainsi que moi (…) mon oncle quoique octogénaire court toute la journée  Bonnel m’écrivit dernièrement que sa femme n’était point grosse ce qui le fâche. Croyait-il que les

médecins eussent un privilège que n’ont point les autres ?  Je vous prie mon cher cousin de m’employer dans toutes les occasions de me pardonner quelques moments de paresse que je ne puis vaincre… .

 

2)  Montpellier, 17 novembre 1783 , 1 page et demi in-4. Avec adresse d'envoi, trace de cachet d'ouverture.

 Jai été chez Monsieur de Cambacedes du moment que j’ai eu reçu votre lettre , est allé chez lui, il n’était pas là.  J’espère le trouver quelque part pour lui demander des renseignements .

 J’ai été extrêmement occupe pendant les états (Les États du Languedoc) et ces états m’ont demandé un cours particulier ce qui m’a donne de l’occupation  et les revenus de sa chaire ont été augmentés :  cest bien agréable .

 

3) Date inscrite d’une autre main :  22 janvier 1787. M. Chaptal professeur . 2 pages in-4, Avec adresse d'envoi, cachet d'ouverture.

Il revient de chez M. Thevael (?) et répond à sa dernière lettre. À propos d’une lettre de change dont le tiré est apparemment son cousin. Il a reçu une gratification des états.

 

4) 10 avril 1787. 2 pages et demie in-4. Déchirure au cachet d'ouverture.

Dans le 1er paragraphe, il est question que son cousin renouvelle des lettres de change. Lui et une autre personne (citée) attendaient une réponse à ce sujet. Il lui prie de régler cette affaire.

Son cousin a sans doute reçu à Mende les Mémoires de M. de Calonne (l’économiste et Contrôleur général des finances Charles-Alexandre de Calonne) soutenant le développement des deux Ires Section de son plan.  Il y a joint un avertissement qui a pique au vif les notables et surtout les clergés , le roi a reçu une demande d'y répondre.  Il parait que la guerre s’échauffe, il parait des pamphlets de part et d’autre, nous en avons reçu un en faveur du ministre (…) le clergé qui est terrible et fort de preuves (…) reconnaissent la plume qui a servi M. de Calonne dans tous les écrits ».

 

 Voilà un grand mal d’opéré… , et il développe, citant à la fin de son paragraphe Rene de la Salle, puis le duc d'Uzes  J’ai passé le matin 2 heures avec le duc d’Uzès dans mon laboratoire. Nous avons parle des notables et il m’a paru qu’il était profondément pique que le Ier duc et pair et un des plus grands propriétaires de biens du royaume n’aie pas été convoque . Le duc d’Uzès va à Toulouse solliciter un jugement qui lui tient beaucoup d’obtenir.

Jean Antoine Chaptal

4 lettres autographes signées adressées à Monsieur de Combettes, seigneur de Combettes.

700,00 €

  • disponible
  • 1 à 3 jours de délai de livraison