auguste dorchain

Auguste-Léon DORCHAIN (1857-1930), poète

Lettre autographe signée adressée à l’avocat Charles DESMAZE (1820-1900). 8 pages. Elbeuf, 1889.

Belle et riche lettre dans laquelle il détaille ses problèmes de santé, notamment des insomnies qui peuvent durer six à huit jours et une dyspepsie qui le retiens éveillé la nuit.

« Faute de repose cérébral, je n’ai pas pu encore terminer ce drame auquel je peux le dire je me suis attelé tous les jours depuis deux ans auquel, ma femme et moi, nous avons subordonné toute notre existence. Mais si j’y ai pensé tous les jours, combien peu de jours ai-je pu écrire quelques vers !... »

Cependant il pense que « les parties achevées sont fort au-dessus de tout ce que j’ai écrit jusqu’ici. »

Sa maladie lui a donné beaucoup d’énergie et il espère avoir des compensations à ses inquiétudes.

« L’homme est une intelligence desservie par des organes, comme dit l’autre, ou comme il aurait dût le dire ».

Il demande si « Patrice » est satisfait de ses procès au Châtelet de Paris : « Les metteurs en scène ont dû lire et relire votre savant livre pour présenter ou publier une restitution authentique » (il s’agit de l’ouvrage de Desmaze : Le Châtelet de Paris, son organisation, ses privilèges..., publié en 1863.

« Coppée m’a donné de ses nouvelles à la fin du mois dernier » dont il a lu sa « touchante Henriette fruit de son exil à Bordeaux ».

« Renan vient justement de vanter la province pour les longs travaux de l’esprit ».

 

Il donne ses dates de retour à Paris et demande à son ami de se rappeler au bon souvenir de M. et Mme Dufaïy et Mme de Larenaudière. Il termine sa lettre en lui disant que la semaine passée il a reçu les poésies complètes de Popelin (Claudius Popelin) réunies en un seul volume.

Auguste Dorchain

180,00 €

  • disponible
  • 1 à 3 jours de délai de livraison